vendredi 13 novembre 2015

Petite Journée Papercraft

M'étant remis a Mordheim avec les coupains j'ai passer avec la tite famille l'aprem
a faire du collage et découpage pour agrémenté notre table de jeu.



Le résultat est plutôt sympa et prometteur

jeudi 12 novembre 2015

Acte II Chapitre I

Une centaine de moines chevaliers teutoniques avaient envahis la cour , alors même que la fête donnée par le seigneur battait son plein.
Ils s'étaient regroupés dans la grande cour du palais et le trépignement de leurs chevaux impatients et fatigués résonnaient comme autant de tambours de guerre.
Le bruit métallique des armes et armures complétaient la nuisance sonore, si bien que le seigneur Arpad décida bon gré mal gré d'interrompre sa réception.
Un groupe de chevaliers déboula dans la grande salle et avisa dans ce beau monde qui pourrait leur permettre de trouver nourriture et logis.

Malgré tout, très vite, après un repos de trois jours la grande majorité des chevaliers avaient pris la route de la passe de Tihutat.
Une ruine s'élevait dans un col enclavé, où depuis des dizaines d'années, plus personne n'avait osé s'aventurer.
Et ces chevaliers étaient partis là bas dans l'idée de la reconstruire et d'en faire une place forte militaire.
Seule une garnison d'une vingtaine de soldats, menés par le capitaine Alkin , flanqués d'un prêtre,
le père Manfred, avaient fait valoir leur droit à s'installer dans les meilleures résidences et avaient pris contact avec tous les notables de la ville.

Le prêtre fut installé dans la grande chapelle du château par le seigneur Arpad et  avait décidé d'y célébrer la messe deux fois par semaine.
Informant par là-même que dorénavant le couvent de la mère Ursule ne serait plus le lieu d'allégeance à Dieu.
Pour en informer Mère Ursule, Sir Lehel prend contact avec Soeur Marie-Aimée , l'informant que le prêtre est un personnage intriguant et que sa bonté d'âme n'est pas sa première qualité.
 Il lui dit également que le seigneur Arpad a changé depuis l'arrivée des chevaliers. Que son humeur est changeante et qu'il semble ne plus être capable de prendre des décisions seul.
Il finit son discours en demandant à soeur Marie-Aimée d'être prudente et de passer la consigne au couvent.

En dernière décision , le seigneur Arpad a fait appeler Tamas Valériu pour lui demander de céder aux moines teutons, l'intégralité des ressources en minerai qui sortent de ses exploitations minières.
De plus , malgré les rumeurs de disparitions de mineurs ainsi que de bêtes griffues qui hanteraient les fonds des mines, le seigneur Arpad ne se sent pas du tout concerné.

Tamas Valériu décide donc de prendre des volontaires et d'aller en observation au fond des mines.
il sera accompagné de Livaï jugeant que sa loyauté et sa force ne serait pas de trop en cas de mauvaise rencontre.
Toutefois Tamas ordonne aux mineurs de continuer d'aller récupérer du minerai sous la pression des ordres des chevaliers teutons. Un semblant de manifestation s'élève dans les rangs des mineurs, mais Livaï devient "enragé"
lorsque Tamas reçoit une pierre et lui ordonne de les châtier.
Il tue un grand nombre de mineurs réticents. Les autres fuient dans la forêt mais Livaï les ramène et les enferme.


Pendant ce temps en ville, les artisans remarquent de bien étranges manèges. Mercurius note le défilé incessants de patrouilles sous le commandement des teutons et constate également que de nombreuses matières premières viennent à manquer.
La maison Doux Délices  se plaint de l'arrivée impromptue de teutons qui questionnent et maltraitent leurs invités.
Sentant une situation plus que tendue, Mercurius décide d'aller voir Otto, le chef de la guilde des artisans, lui expliquant le malaise des commerçants ainsi que la disparition du stock de minerai qui l'empêche de travailler.
Informé du mécontentement des villageois  le seigneur Arpad décide d'une journée de doléances.

Tamas comprenant que les choses semblent echapper à son contrôle ...
"les rumeurs doivent être vraies, qui peut effrayer plus que moi mes propres serfs?" 
fais donc appelé au couvent des Ursulines afin d'être assisté par la présence d'un messager de dieu."
Mère Ursule répond par la favorable, au seigneur Valériu en envoyant sa plus fidèle nonne Soeur Marie-Aimée.


Le jour des doléances  correspond aussi à l'exploration des mines par Tamas et son groupe. Soeur Marie-Aimée quoique terrifiée est arrivée de bonne heure pour se joindre au groupe.
Tamas, Livaï, Agop, soeur Marie-aimée entourés de quelques hommes de la garde de Tamas s'enfoncent donc dans les tréfonds sombres de la mine.
 C'est à cet instant que le seigneur Arpad s'assoit sur son grand trône et accueille le premier de ses "invités".

Livaï s'enfonce pas à pas profondément dans la mine, il tient à la main une grande torche qui offre une lumière vacillante mais rassurante aux autres.
Mercurius s'avance vers le trône de son seigneur d'une allure humble mais décidée.
Mercurius d'une voix forte demande au seigneur, une plus large circulation des minerais, lui expliquant que des commandes d'armes lui ont été faite et qu'il ne pourra pas
les honorer. Expliquant également que l'on ne peut pas priver la ville de ses ressources au profit des teutons.

Alors que le silence et le froid se sont intensifiés dans la mine, ils remarquent des gouttes tombant des murs et c'est au détour d'un coude , que la torche fait apparaitre une grande
tache de sang brun au sol.

A l'énoncé des paroles de Mercurius, la foule des commercants grognent et trépignent.
Le seigneur Arpad semblant profondément détaché des soucis de ses concitoyens, se penche de côté et écoute les messes-basse du prêtre Manfred assis à côté de lui.
En se redressant il annonce qu'afin d'aider la ville à recouvrir son stock de métal, les gardes viendront au sein de toutes les habitations et récupèreront tous
les métaux inutilisés. Regardant Mercurius, le seigneur lui dit qu'ainsi il pourra avoir un stock conséquent de métal et honorer ses commandes.

Dans la mine, un hurlement sinistre se fait entendre. Puis un bruit et un souffle lugubre lui répond.
Tamas jette sa torche dans la direction du cri et celle-ci percute une forme tapie dans l'ombre.
La torche tombe au sol et éclaire une paire de sabots sur des jambes décharnées à la flexion inhumaine.
L'ombre s'avance et apparait alors deux mains longues et griffues avec dans le prolongement, des avants-bras hérissés de pointes.
Une bouche aux dents acérées et la bave tombant par flots. Par dessus une tête difforme apparait enfin le bout d'une queue pointue.

Les PnJ de l'Acte II

Voïvode Vigo        


Istvan Basarab              


Zsombor Bartovitch  


Le Maitre


Soeur Ildegarde 
Sous dissimulation
 
Véritable apparence



dimanche 25 octobre 2015

Acte I , Le rassemblement


Le crieur paré de sa veste rouge et or dont les manches descendent jusqu'à ses pieds lance d'une voix forte et vibrante:
"Oyez Oyez gents damoiseaux et gentes damoiselles, le combat que vous attendez depuis de longues semaines est enfin dans notre ville.
Plus nombeux vous serez , plus cruel sera le combat. Prisonniers et malandrins , vous qui avez eu l'outrecuidance de vous perdre dans nos murs, la mort vous délivrera-t-elle des tourments du malheur?
Oyez Oyez vous sire de Balgrad et vous Dames de l'Est, ne frémissez pas à l'odeur du sang mais applaudissez au courage du jeune Livaï
C'est ainsi que par toutes les ruelles de la ville, s'est répandue l'annonce de l'ouverture des combats de l'arène.
Car sous un mois à peine s'ouvrira la foire d'automne. Festivités dont les voisins proches ou lointains de la grande ville de Balgrad ne sauraient en manquer un seul instant.

Des enfants et des femmes apeurés et se lamentant entrent dans l'arène. Prisonniers ou voleurs , des hommes malingres et maladifs se pressent contre la muraille. 
Livaï est un jeune garçon de 15 ans, dont la force vaut 6 hommes. Il est entièrement dévoué à son Maitre.
Petit mais fort, il a le regard méfiant du prédateur à l'affût. Il ne ressemble pas à un enfant, mais à un vieux guerrier au vu des nombreuses cicatrices qui parcourent son corps.
Ce combat entre lui et ces pauvres malheureux se solde par une mise à mort orchestrée par un homme qui se fait appeler "le Maitre".
C'est un homme grand et de belle prestance. Son habit se compose de cuir et d'un long manteau en peaux de bêtes.
Il ne sort jamais sans ses molosses, noires de peau mais dont les crocs acérés brillent d'une blancheur meurtrière.

La foire doit amener des commerçants des régions voisines tentés par la richesse de cette ville.
Par des artisans désirant honorer l'artisanat qui les fait vivre et tenter l'aventure à Balgrad.
Mais aussi, on attend l'arrivée  de soldats et d'aventuriers qui espèrent décrocher un contrat au sein de l'armée du baron. Egalement tenter leur chance au tournoi.
Ce tournoi doit clore la foire et le vainqueur aura le droit de courtiser la fille du seigneur.
Celle ci est une beauté de 13 ans , secrètement éduquée au château mais dont les troubadours vantent la beauté et la richesse.

Car Balgrad ne serait rien sans sa famille dirigeante. Le baron Csaba Arpad et  son épouse Elza Arpad qui ont su insufflé à cette ville, le souffle de l'aventure et de l'argent.
Le baron a placé un homme de confiance pour sauvegarder ses précieux trésors en la personne du préfet Karsa de Balgrad.
La surveillance armée de la ville se fait par l'intermédiaire  du Capitaine de la garde Sir Lehel.
Le bourgmestre de la ville Ferenc administre les villageois , associé en cela par le sénéchal Janos.
Le baron  Harpad a un fils ainé Damjan Arpad agé de 16 ans et la merveilleuse Cecilia Arpad qui sera courtisé par le vainqueur du tournoi.

Les préparatifs sont longs et les gens sont sur les dents.
Le couvent sous l'égide de la mère supérieure Mère Ursule Vargas de Gal ne voit pas d'un bon oeil ces arrivées d'inconnus et de voleurs potentiels.
Toutefois l'une des soeurs , soeur Marie-Aimée s'intéresse tout particulièrement aux commerçants éventuels, car passionnée d'herbes et de plantes, elle est à la recherche des plus rares pour des préparations secrètes.
 Ainsi elle est envoyée par la mère supérieure pour faire des achats en vue de préparer des onguents pour les futurs blessés.
Mère Ursule rencontre le bourgmestre et s'entend avec lui pour que celui ci lui confie les enfants et les femmes , qui étaient supposés combattre dans l'arène.
La mère supérieure Ursule prend avec elle l'un des jeunes garçons qui semble fragile et idiot. Et disparait.

Un seigneur , possédant de nombreuses terres, qui se trouve très intéressé par le tournoi et par Livaï,
il se nomme Tamas Valeriu. Au physique imposant et a l'allure décidé il a une particularité que personne n'oublie un oeil bleu et l'autre vert.
Il Prend contact avec le Maitre, celui ci comme toujours a ses molosses auprès de lui mais cette fois ci il y a aussi des femmes nues enchainées.
Il demande de prendre en charge le jeune Livai à plusieurs reprises.
Finalement le Maitre et Tamas trouvent un accord qui laisse un sourire sur le visage du Maitre.
 Et Tamas Valeriu prend sous sa responsabilité l'enseignement guerrier de Livaï.

Tamas a reçu en audience Emese de Balgrad qui vient tenter de renouer les liens, sur ordre de son père, entre les deux familles actuellement en discorde.
En effet Emese de Balgrad est le fils unique du seigneur de Balgrad. Et bien que chevalier
Emese a un physique tout particulier de jeune homme androgyne. 

Tamas prend également contact avec le maitre forgeron de Balgrad, Mercurius.
 Celui ci a une renommée qui ne fait pas défaut, mais avec l'ouverture de la foire, il se doute que d'autres forgerons vont tenter de lui prendre sa place. Vivant seul il se consacre totalement à son métier.
Tamas lui demande la confection de deux épées avec deux icones de loups sculptées sur le pommeau.

Le capitaine de la garde Sir Lehel appelle en audience le jeune  Emese de Balgrad. Noble tous les deux, Sir Lehel connait la puissance de la famille d'Emese et lui demande son aide en hommes d'armes.
Le chevalier commandera donc un groupe issu de sa famille sous les ordres du capitaine.
Emese est sans cesse accompagné de son escuyer Kelemen.
Par ailleurs le jeune Emese a accepté qu'une caravane d'une cinquantaine de sarrasins s'installent sur les terres familiales pour la foire.

Un nouveau combat de Livaï va débuter dans l'arène, encadré par Tamas celui ci doit affronter trois gladiateurs. Ceux ci sont en fait des hommes de main du "Maitre". Quelques instants avant le début du combat, un personnage inconnu caché sous une grande cape noire et le visage masqué appose sur les lames des combattants un poison des plus violent de sa fabrication. Ce personnage se fait appeler l'Epine du désespoir.
Malgré le poison des gladiateurs, Livaï sort vainqueur mais blessé au cours d'une lutte où il devient enragé. C'est le Maitre qui intervient et qui mets hors de combat Livaï. Tamas vient de comprendre que ce Maitre à qui il a emprunté son combattant est bien plus fort qu'il n'y parait.

Mercurius se rend au couvent où il sait que de jeunes garçons ont été reccueillis, pour choisir deux apprentis qui viendront l'aider à honorer son marché.
Mercurius a en effet une autre commande faite par Emese de Balgrad, pour une épée.
Il est interrogé de façon étrange par la mère supérieure qui lui demande de l'avertir si une commande conséquente d'armes se présenterait à lui.

Csaba Arpad réunit les notables de la ville à l'aube de l'ouverture de la foire. Ils se retrouvent donc tous réunis dans la grande salle de réception du château.
Tamas Valeriu est venu accompagné de Livai auquel il veut présenter les notables. Ne se sentant pas à sa place , Livai décide de quitter l'assemblée.
Au dehors, il rencontre une femme, la peau mate et de longs cheveux noirs qui le questionne sur ce qu'il "est" et son âge.
Le jugeant trop "vieux" elle se détourne de lui.
C'est alors qu'arrive de nulle part, Mère Ursule qui demande à la femme si elle a besoin de quelque chose.
 Répondant par la négative, la femme inconnue disparait dans le château.

C'est à cet instant qu'un groupe d'hommes armés, en tabard blanc et croix noire entre dans la cour du château.
Et mettant pieds à terre, ils font irruption dans la salle de réception.

Le déroulement du jeu




La première des choses c'est que j'ai demandé a chacun des joueurs de venir avec un costume
qui correspond a son personnage.

Ensuite j'ai établi une règle simple mais qui permet selon moi au joueur "timide" de prendre la parole malgré tout : l'utilisation d'une rose.

 La rose sert de "totem" . Le joueur qui la prend, prend également la parole.
Ainsi il ne peut pas être interrompu par les autres.
Cela permet aussi d'éviter les brouillards sonores inutiles.
Chaque joueur qui décide de prendre la rose devient le centre d'attention de tout les autres.



 

Les protagonistes

Le Meujeu !!! :p le plus grand et le plus beau de tous MoA


Mère Ursule Vargas de Gal, Mère supèrieure du couvent des Ursulines


Le seigneur Tamas Valeriu, On raconte qu'il est marqué par la bête (les yeux vairons)


 Soeur Marie-Aimée, Soeur Apothicaire du couvent des Ursulines


 Livaï l'enfant sauvage et champion de "l'arène de Balgrad"



Emese De Balgrad jeune chevalier à l'aspect androgyne.



L'imposant Mercurius maitre forgeron de Balgrad